Les joies de la plage #1 : le concept de la serviette « low cost »

Pour commencer en beauté ce blog, et vous donner un avant-goût de l’été, rien de tel que de se replonger dans l’ambiance du mois d’août dernier… sortez vos crèmes solaires, ça va chauffer !!!

Acer Image

La plage au mois d’août un samedi après-midi, quel bon choix ! J’aurais voulu le faire exprès, j’aurais pas réussi !

Vous allez me dire : « déjà, elle le cherche ! ».  Eh bien je vous répondrai qu’environ deux milles personnes ont eu la même idée ! C’est fou, non ?

C’est qu’il doit forcément y avoir quelque chose d’extraordinaire à faire sur la plage à cette heure-ci me direz-vous…  Forcément ! Au lieu de rester tranquillement sur un transat/hamac/canapé/matelas/parquet à faire la sieste/lire/parler/chanter si ça nous amuse en attendant que les esprits se refroidissent. La culture provençale en quelque sorte !  (Notons que nos ancêtres, s’ils ont inventés la sieste, c’était bien pour une raison : ne pas se prendre la tête avec la chaleur et les touristes avant 16 heures).

Mais non, il n’y a rien de tout ça. La plupart des gens sont même déjà là à midi, quand le soleil est bien haut, bien chaud, et qu’il va se faire un plaisir de griller leur douce peau blanche. Et après on viendra nous dire dans de grandes émissions  à la télé qu’il ne faut pas s’exposer au soleil. C’est à n’y rien comprendre !

Mais alors que cherchent-ils ces touristes ?

D’accord ils ont loué leur appartement au bord de la mer du samedi au samedi mais est-ce une raison pour vouloir à tout prix rentabiliser ce séjour en squattant la plage 24 heures sur 24 ? Et encore je ne parle que de la plage, car ça marche aussi pour la route, les embouteillages de voitures polluantes, les batailles pour les créneaux en plein cagnard sous une pluie de klaxons, et autres joies de la voiture…

Restez sur votre terrasse messieurs dames, ou bien allez visiter l’arrière pays avant de venir vous baignez ! C’est ça aussi les vacances, la détente. C’est pour le bien de tous que je dis ça. Parce que même si les touristes m’impressionnent par leur acharnement « maritime », je sais qu’au fond d’eux ils grincent aussi des dents et supportent tant bien que mal la cohabitation intimiste avec les autres sur la plage. J’ose espérer qu’ils sont humains et qu’ils rêvent de se battre de temps en temps avec leurs voisins de serviette ! Sinon, nous ne sommes plus que des robots sans émotion ni cerveau. Sinon, nous acceptons tout, nous ne râlons pas, nous ne nous battons pas pour faire évoluer les mentalités, nous devenons individualistes à tel point qu’on supporte tout…

A bien y réfléchir ils sont courageux et je les admire pour leur patience et leur force !

Ils ont bien plus l’habitude que les locaux qui passent leur temps à râler, car eux, ne seront jamais habitués aux « envahisseurs saisonniers ». Notons que les locaux détestent les touristes mais ne peuvent s’en passer et les attendent avec impatience à partir de chaque mois de mai car leur arrivée est synonyme de vacances et de détente ! Malgré tout…

Mais chaque année j’en vois de toutes les couleurs…

en voir de toutes les couleurs

Les gens ont des manies sur la plage plus idiotes les unes que les autres. En grande observatrice que je suis j’ai remarqué que, malheureusement, ça ne s’arrange pas, ça s’aggrave, et je sais que l’an prochain çe sera pire.  Il existe un indicateur très fiable de l’évolution de notre belle société en été : l’espace entre 2 serviettes.  Il y a deux ans par exemple, les gens étaient choqués lorsqu’une serviette « étrangère » à leur groupe s’étalait de tout son tissu à moins de 40 centimètre. L’an dernier on commençait à râler à 30 centimètres.

Aujourd’hui, et j’en ai fait l’expérience, certains n’hésitent plus à venir se coller à 5 pauvres petits centimètres. Si pauvres et si petits que mes amis semblaient bien plus loin… C’est fou ! Ils devaient être, quoi, à 10 centimètres ! Si loin de moi… A un moment j’ai été perdue, ne sachant plus avec qui j’étais, j’ai eu peur d’avoir été abandonnée, je ne retrouvais plus les miens. Je laissais aller mon regard apeuré, je tournais la tête et  l’idée de me retrouver seule me glaça le dos (bon moyen pour se rafraîchir mais trop d’émotions à supporter). J’allais bientôt être intégrée à ma nouvelle famille, j’allais bientôt participer à leur conversation, rire à leur blagues, pouvoir mater les plis de leur peau et sentir leur souffle sur la mienne.

Non, cette année rien ne va plus et j’ose à peine imaginer ce que sera l’an prochain !

Pourquoi vouloir se rapprocher toujours plus ? La plage n’étant pas extensible je suppose donc qu’il y a plus de monde chaque année.  Et puis avec la crise les gens partent moins loin, ils viennent dans le Sud, et comme ils sont déprimés ils cherchent le réconfort donc le monde donc la promiscuité… Logique.

en plein cagnard serviette

Il y en a même qui sont si désespérés qu’ils ont inventé le concept de la serviette « low cost » !

Encore jamais vu ça ! D’autant plus que la plage est gratuite, mais comme je vous l’ai déjà dit, aujourd’hui il faut rentabiliser chaque action. On rentabilise le séjour sur la plage, on rentabilise aussi notre « périmètre serviette » sur le sable, le taux de remplissage devant être maximal pour ne pas se faire piquer la place.

Ce concept, que j’ai découvert récemment, et avec grand étonnement est le suivant :

  • Il est 14 heures, on est samedi, il fait 33°C, la plage est bondée, le sable nu se fait rare, et un groupe de touristes arrive.
  • Ils sont 10, 2 enfants, 3 ados, 5 adultes.
  • Je suis tranquillement allongée sur ma serviette. A ma droite il y a mes amis. Sur ma gauche il y a du sable nu, dans lequel chaque grain angoisse à l’idée de se faire recouvrir. Mais comme il n’y a qu’1,5 m qui me sépare de mon voisin lointain théoriquement personne ne devrait venir y poser sa serviette. Mais les grains ont senti l’arnaque venir !
  • Le groupe de 10 décide de s’installer là ! Malheur !
  • Ils étalent 2 serviettes qui se touchent et prennent soin de laisser tout de même 5 cm entre leur serviette et la mienne. Quelle délicatesse ! Une folle question me traverse alors l’esprit : comment vont-ils faire ? S’empiler les uns sur les autres ?

Mais, suis-je bête ! Ils ont tout prévu (des habitués sans doute) ! L’astuce consiste à étaler 2 corps sur les serviettes pendant que 8 autres se baignent ! Se met ainsi en place un processus de rotation : les 2 qui grillent au soleil, quand ils n’en peuvent plus, vont se refroidir dans l’eau en rejoignant les 6 autres qui restent, sachant que 2 sont déjà rentrés sur les serviettes pour se sécher et ainsi de suite. Quelle simplicité, fallait y penser ! Et peut-être même déposer un brevet pour cette trouvaille, car bon nombre de personnes risque de la piquer !

Notons tout de même qu’il n’est pas souhaitable que tout le monde fasse pareil car il y aurait alors cinq fois plus de monde dans l’eau ! Le problème serait déplacé dans la mer et l’an prochain j’écris un article sur les gens qui nous colleront dans l’eau 😉 !

Provence, touristes, je vous aime malgré tout…

D’autres joies de la plage ? C’est ici

Publicités

Une réflexion sur “Les joies de la plage #1 : le concept de la serviette « low cost »

  1. Pingback: Les joies de la plage #2 : décryptage en 5 leçons ! | En plein cagnard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s